Un Texte Un Jour :
entretien avec Sarah Sauquet

Nous avons eu le plaisir de discuter avec Sarah Sauquet, professeure de Lettres et fondatrice d’Un Texte Un Jour, l’application numéro 1 de l’App Store dans la catégorie « Littérature » qui propose de redécouvrir un extrait d’une œuvre de littérature française par jour ! Au fil de cet entretien, elle explique la genèse du projet, son amour pour la littérature et propose des conseils concrets pour utiliser ses applications en cours de Français.

Pour en savoir plus, lisez notre interview ci-dessous ou rendez-vous sur : www.untexteunjour.fr.

Entretien avec Sarah Sauquet

Éditions Maison des Langues : Bonjour Sarah, nous sommes ravi·e·s d’échanger avec vous. Parlez-nous de vous et de votre parcours.

Sarah Sauquet : Je suis professeure certifiée de lettres modernes, créatrice d’applications, autrice et conférencière. J’ai commencé ma carrière dans un lycée dans lequel je suis restée onze ans. Après quatre années dans cet établissement, je me suis associée avec ma mère, Dominique Sauquet, ingénieure et développeuse web, pour créer Un Texte Un Jour, une application de littérature classique. L’idée était de pouvoir découvrir chaque jour un texte de littérature classique sur son smartphone, accompagné de notes et de jeux en conformité avec les programmes scolaires.

Nous étions alors en 2012, et cette application a très vite rencontré un succès certain, et une médiatisation importante. Fortes de cette expérience, ma mère et moi avons souhaité poursuivre l’aventure. Nous avons créé six autres applications littéraires. Tout en continuant à enseigner j’ai diversifié mes activités. J’ai développé le blog de littérature : www.untexteunjour.fr, j’ai publié deux livres. Je donne également des conférences sur la littérature et, qu’il s’agisse d’enseigner, d’écrire, ou d’animer une communauté digitale, mon travail tourne autour d’un même objectif : celui de susciter l’envie de lire des classiques.

Aujourd’hui, je me consacre à ces applications et à mon activité entrepreneuriale. J’écris également pour le blog de Gallica et enseigne en collège et  lycée.

EMDL: Comment le projet de Un Texte Un Jour vous est-il venu ?

S.S : En 2009, j’ai offert aux membres de ma famille une anthologie littéraire personnalisée dans un format papier, à la manière d’un mémoire d’étudiante. J’ai par exemple offert à ma mère des extraits du Château de ma mère et de Martin Eden, des extraits des Cavaliers de Kessel à mon frère, des textes de Tolstoï et Laclos pour mon père, etc. Il s’agissait pour moi de leur expliquer ma passion pour les grands textes, mais aussi de leur dire, à ma façon, ce qu’ils incarnaient pour moi.

Trois ans plus tard, ma mère, qui concevait déjà des applications, m’a proposé de lancer une version numérique de cette fameuse anthologie papier. C’est elle qui en a eu l’idée, l’a pensée puis conçue sur le plan technique, notamment dans sa dimension ludique. A l’époque, je ne connaissais absolument rien au digital, mais, j’ai eu envie de tenter l’aventure. J’ai appris sur le tas et ai très vite été ravie de pouvoir œuvrer à la diffusion de cette application, à travers les réseaux sociaux.

EMDL: Comment choisissez-vous les textes que vous allez présenter (sources, critères, etc.) ?

S.S : Je dirais que nos applications comportent trois types de textes : les textes selon moi incontournables comme la tirade du nez, « Demain, dès l’aube » ou la madeleine de Proust ; les textes qui font partie de mon panthéon personnel comme l’aveu de Phèdre à Hippolyte, le poème « Les Rois mages » d’Edmond Rostand, souvenir de CM2 ou la lettre IV des Liaisons dangereuses. Il y a enfin ce que j’appelle les « scènes », les textes de dix-quinze lignes qui représentent un véritable suspense et fonctionnent très bien de manière autonome. Je pense par exemple aux portraits, aux incipit et excipit, ou à l’évasion d’Edmond Dantès du château d’If lorsque le sac dans lequel il s’est glissé est jeté à la mer.

Les textes des applications figurent tous dans le domaine public, et il en va de même pour les textes de littérature étrangère, que nous présentons dans des traductions tombées dans le domaine public.

EMDL: Quels sont vos best-sellers, autrement dit les textes qui plaisent le plus à votre lectorat ?

S.S : Ce sont avant tout les poèmes les plus célèbres du XIXe siècle, les textes de Baudelaire, Verlaine, Victor Hugo ou Rimbaud. C’est suite à ce constat que nous avons créé Un Poème Un Jour, qui répondait, selon nous, à une véritable demande. 

On remarque aussi un fort engouement pour les textes des « grands » auteurs français, Molière, Voltaire, La Fontaine, ceux dont je dirais qu’ils incarnent l’esprit français, notamment à l’étranger.

EMDL : Vous avez aussi lancé cette année une nouvelle application, Un Texte Une Femme. Pourquoi est-ce important pour vous de mettre en lumière les femmes de lettres ?

S.S : En 2019, j’ai publié aux éditions Le Robert un dictionnaire des prénoms littéraires. J’y ai travaillé une année, au cours de laquelle j’ai réalisé que beaucoup d’héroïnes n’avaient pas de prénom, ou n’avaient alors qu’un prénom, et pas de patronyme. Ce constat, répété, m’a poussé à m’interroger sur l’invisibilisation des femmes en littérature, et il m’est finalement apparu important de créer une application mettant en avant des écrits féminins, au sens large. Cette application comporte 366 textes de 110 autrices – je tiens à ce terme ! – qui sont aussi bien des scientifiques (Marie Curie) que des artistes (Sarah Bernhardt, Elisabeth Vigée Le Brun), des journalistes (Séverine), des militantes féministes (Hubertine Auclert) ou des femmes de lettres.

L’application met en avant des femmes parfois méconnues qui ont œuvré pour l’inclusion des femmes dans la société, l’avancée des connaissances dans certaines disciplines, ou la création d’un monde plus beau et plus égalitaire, tout simplement.

EMDL: Vous avez également développé d’autres projets, pouvez-vous en dire un mot ? 

S.S : Parmi mes autres applications, l’une est consacrée à la poésie classique (Un Poème Un Jour), une autre à la littérature érotique (Un Texte Un Eros), une autre constitue un jeu de vocabulaire autour de citations littéraires (Un Mot Un Jour). L’application A Text A Day, entièrement en anglais, est dédiée à la littérature anglo-saxonne. On y trouve aussi bien des poèmes de Walt Whitman, que la Déclaration d’Indépendance des États-Unis, ou des extraits des quatre filles du docteur March. Son contenu témoigne de mon amour pour la littérature étrangère.

Le blog www.untexteunjour.fr se veut un complément, gratuit, aux applications payantes, et un autre support pédagogique exploitable en classe, par tous les élèves si l’établissement est équipé sur le plan numérique. Il aborde la littérature classique de façon singulière en présentant des œuvres, ou thématiques, à travers des problématiques précises. J’y parle aussi littérature francophone, et bibliothèques. 

Mon premier livre, La première fois que Bérénice vit Aurélien, elle le trouva franchement con, présente les classiques de la littérature amoureuse comme un moyen de mieux se connaître.

Enfin, en 2014, j’ai fait une conférence TEDx sur l’innovation numérique au service des classiques. Mes différentes activités se complètent les unes les autres et j’aime à penser qu’elles font de moi une meilleure enseignante – car l’enseignement reste ma passion  première.

EMDL :  En quoi les contenus que vous proposez sur vos différentes applications peuvent être utiles à un·e enseignant·e de Lettres ? Qu’est-ce que ça peut lui apporter de plus que ceux qu’il/elle trouve dans un manuel par exemple ?

S.S : Je préfère le préciser : il ne s’agit nullement de se substituer à l’enseignant·e, ou au manuel. Je pense que ces applications peuvent être extrêmement précieuses dans une pratique autonome, en classe inversée. Vous avez étudié une séquence sur Phèdre de Racine ? Vos élèves peuvent préparer leur prochain DST en lisant les différents extraits de Racine, et en repérant des invariants dans le schéma de la tragédie racinienne. Vous recherchez des textes pour enrichir vos séquences   ? Parcourez les différents extraits de l’application ! Vos élèves souhaitent tester leurs connaissances ? Faites-les jouer au jeu du portrait caché. J’ajoute que les introductions qui accompagnent chaque texte sont à la fois concises et précises, et peuvent tout à fait être exploitées en classe.

Pour vous répondre de façon plus précise, je crois que l’application apporte davantage en terme de supports. Un élève qui pourra être réticent à utiliser son manuel, ou lire sur format papier, pourra être séduit par la lecture sur smartphone, avec un outil qu’il pourra s’approprier en envoyant le texte de son choix par mail, en choisissant de le conserver en favori, en jouant aux très nombreuses questions de littérature qui sont proposées, par thèmes et par niveaux.

EMDL: Avez-vous des conseils quant à l’exploitation en classe avec des collégien·ne·s ? Pensez-vous que vos applications peuvent être utiles dans le cadre d’activités brise-glace par exemple ? 

S.S : Je pense qu’Un Texte Un Jour peut être utilisée dès la classe de quatrième, de façon certaine en troisième. Il faut alors privilégier la découverte de l’application, en classe, avec l’enseignant, pourquoi pas de façon hebdomadaire, en lisant le texte du jour, en demandant aux élèves de répondre au défi du jour.

On peut effectivement utiliser l’application dans des travaux de groupe, en jouant au jeu du portrait caché en équipe. On peut aussi travailler l’expression orale, en proposant aux élèves de présenter devant la classe un texte de leur choix au sein de l’application.

EMDL: Y a-t-il des textes, des auteurs ou autrices en particulier que vous recommanderiez à de jeunes élèves ?

S.S : Bien sûr ! Je pense à Gaston Leroux, qui est selon moi sous-estimé, aux nouvelles de Mérimée et Maupassant bien sûr, aux fables de La Fontaine, à Cyrano de Bergerac, à des romans comme Le capitaine Fracasse, Les Misérables ou Le Comte de Monte-Cristo.

Je pourrais également conseiller des œuvres plus confidentielles, comme Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, qui me fait tant rire, ou les poèmes de Sabine Sicaud.

EMDL : Depuis huit années, vous avez mené à bien de nombreux projets littéraires, nous imaginons que c’est une grande fierté pour vous. Quelle est la suite ?

S.S : C’est une grande chance et un immense privilège de pouvoir travailler avec sa mère, et vivre toutes ces aventures professionnelles. Je suis très heureuse de pouvoir être publiée, écrire pour Gallica, mais le plus important est probablement toutes les rencontres que j’ai pu faire, dont les interviews sur mon blog donnent un petit aperçu. 

Aujourd’hui je prépare la sortie de l’anthologie Un Texte Un Jour qui rassemblera les 365 plus beaux textes de nos applications. Nous passons donc du digital au papier, et c’est la manufacture LibriSphaera qui nous accompagne dans cette aventure. Le livre est déjà en pré-commande et il sera en librairie le 22 octobre.

EMDL : Merci Sarah pour vos réponses. Nous vous souhaitons une belle continuation et nous avons hâte de découvrir vos prochains projets !