Pour tout savoir sur… Défi


Défi ou comment éveiller la curiosité en cours de FLE !

Une toute nouvelle méthode originale du A1 au C1, motivante et facile à utiliser, qui place la culture francophone comme élément fondamental de l’apprentissage de la langue !

Nous profitons de la prochaine sortie de Défi 5 (C1) en mars 2021 pour échanger avec une des auteurs : Charlotte Jade


Défi, comment définir cette nouvelle collection ? Pourquoi le nom Défi ? Quels sont les 3 adjectifs pour la décrire, selon toi ?

Le nom Défi a été choisi car nous sommes dans une approche actionnelle pure. On souhaite que l’apprenant soit actif dans son apprentissage et cela se traduit à la fin de chaque dossier par des tâches à faire en collaboration avec les autres : les défis. 

Défi en quelques mots :

  • Novateur : c’est à partir de la culture ou d’un phénomène culturel francophone que l’on construit la séquence pédagogique. C’est novateur car la culture était souvent en fin d’unité dans les manuels de FLE.
  • « Défièsque » : c’est un mot que l’on a inventé entre auteurs au moment de la recherche de documents. Ceux-ci ont été choisis pour susciter le débat et apporter un plus à l’interaction. Les unités sont divisées en deux dossiers ce qui permet aussi de présenter le thème sous un nouvel angle.
  • Frais : on aborde les thèmes de manière inattendue et la mise en page fait souvent penser à un magazine.

Le slogan de Défi, c’est « éveiller la curiosité des apprenants ». Pourquoi ? 

Le fait d’être curieux rend actif. L’objectif est de piquer les apprenants pour leur donner envie de savoir avec des contenus linguistiques pertinents mais aussi avec une charge culturelle forte. Avec l’interculturel, l’apprenant fait des ponts entre ce qu’il apprend et ses connaissances mais aussi à travers sa propre langue-culture.

Défi, pour quel public ?

Pour les grands adolescents et les adultes. Pour tous les apprenants (et les professeurs) qui ne souhaitent pas se limiter à la France mais surtout à tous ceux qui souhaitent aborder les thèmes avec une vision francophone.

La culture francophone est un point central : peux-tu nous expliquer pourquoi ? Nous donner des exemples ?

On construit une unité autour d’un thème. Celui-ci devient le fil conducteur de l’unité et on aborde ce thème sous différents angles culturels francophones.

Par exemple, pour le niveau A1 avec le vocabulaire de la gastronomie, la recette des crêpes est déclinée dans sa diversité. Les crêpes sucrées françaises, les galettes salées bretonnes, les crêpes québécoises (pancakes) ou les crêpes marocaines (baghrir).

On nous demande souvent si les documents sont authentiques dans les manuels. Peux-tu nous expliquer ce qu’il en est pour Défi ?

Pour les niveaux débutants, les photos et vidéos sont authentiques mais pour les textes une écriture a dû être adaptée pour optimiser l’apprentissage de l’élève (lexique et point de grammaire). Par exemple, une authentique brochure touristique sur Essaouira présente un vocabulaire et une grammaire trop complexe pour le niveau A1. Une adaptation a donc été nécessaire dans l’intérêt de l’apprentissage de l’apprenant tout en gardant l’esprit du document d’origine.

Pour les niveaux B2 et C1, c’est 99% des documents qui sont authentiques. Il y a quelques réécritures comme les introductions de certains textes. C’était parfois nécessaire d’adapter pour la cohérence et la pertinence de l’apprentissage.

Comment sont travaillées les compétences lexicales et grammaticales ?

La compétence lexicale est intégrée tout au long de l’unité. Le plus de Défi est que l’apprenant se construit son propre vocabulaire (mon panier de lexique) et à la fin, il utilise le vocabulaire dont il a besoin (via des cartes mentales et des collocations).

On favorise la grammaire inductive : à partir d’un document, l’apprenant observe, fait des hypothèses et, avec l’enseignant et les autres apprenants, on les vérifie pour comprendre et apprendre. Les tableaux de grammaire permettent aussi à l’apprenant d’être actif dans l’acquisition des compétences grammaticales.

Enfin, nous sommes en train de vivre une période spéciale avec la COVID, en quoi Défi est une méthode adaptée à différentes modalités d’enseignement ? Quelle est l’offre numérique ?

Défi existe dans une version Premium. C’est-à-dire, en complément du livre papier, il y a un accès Premium de 12 mois à l’Espace virtuel, la plateforme des Editions Maison des Langues. Le livre numérique est entièrement en autocorrection. Cela permet à l’apprenant de travailler en autonomie et à l’enseignant de gagner du temps.

Et en plus depuis quelques semaines, en entrant avec son compte Premium sur les manuels Défi, on trouve unité par unité, sous forme d’itinéraires numériques, des liens vers des ressources d’autres sections de l’Espace virtuel complétant ou prolongeant le contenu de l’unité didactique travaillée.

Et la suite ? Un livre C1 ? Tu peux nous en parler en exclusivité ?

Un des points clés de Défi 5, c’est l’intégration d’une grammaire utile pour l’apprenant tout au long de l’unité didactique. Dans les manuels C1, la grammaire était souvent uniquement dans le cahier d’activités.

Six auteurs et une éditrice travaillent autour de Défi 5. C’est un vrai travail de collaboration et d’échanges. Les thématiques sont captivantes pour un niveau C1 : mystère, plaisir, pardon, politesse et savoir-vivre… Vous allez l’adorer !

Tableau des contenus

Unité modèle