La chanson : quel grand outil pour l’apprentissage de la langue !


Autrice : Anna Roig, musicienne intervenante dans les écoles ; animatrice d’ateliers de création de chansons pour adultes et d’éveil musical pour enfants ; autrice, compositrice et interprète des chansons de la méthode de FLE pour enfants Cap sur…


La force d’unir texte et mélodie

Selon le Dictionnaire de l’Académie Française, la chanson est une “petite pièce de vers destinée à être chantée, généralement divisée en couplets et comportant un refrain”. Il y a des éléments de cette définition qui peuvent être plus ou moins valables selon chaque chanson en particulier, mais, ce qui est universel et caractéristique de toutes les chansons du monde est le fait qu’elles sont toutes composées d’un texte et de sa mélodie.

Il y a différentes manières de voir l’importance du texte dans la chanson. À cet égard, Stéphane Hirschi, musicologue spécialiste en ‘cantologie’, dit dans son livre La Chanson. L’art de fixer l’air du temps : « (…) Le texte n’est pas forcément central dans une chanson, c’est plutôt sa position équivalente à celle de la musique qui en constitue la marque (…) »

Par conséquent, nous entendons que le texte et la musique, dans une chanson, sont deux éléments indissociables et d’importance égale, et que c’est précisément l’association de ces deux éléments qui confère à ces œuvres musico-littéraires une force extraordinaire et, en même temps, des propriétés idéales pour l’apprentissage d’une nouvelle langue.

Quels sont les facteurs, dans les chansons, qui nous aident à l’apprentissage d’une langue ?

La chanson est un outil de communication orale très puissant. Nous pouvons l’écouter, la chanter et, en la dissociant de la musique, nous pouvons aussi la lire.

Comme il a déjà été évoqué, elle est composée d’un texte – presque toujours en vers – fusionné avec une mélodie, et, évidemment, le texte, oral ou écrit, est la base de l’apprentissage de toute langue.

Mais, quelles sont les particularités des textes des chansons et quels avantages nous apporte le fait qu’ils soient fusionnés avec une musique ?

La chanson, l’art de la répétition

Les paroles des chansons ont presque toujours une forme poétique. Bien que dans la poésie classique il y ait déjà des répétitions sonores ou rythmiques données par les rimes ou la métrique, la chanson utilise davantage de répétitions, données par la manière de structurer le texte dans son ensemble et également par des facteurs stylistiques qui mènent à insister sur certaines strophes, phrases, mots, syllabes ou sons.

Ce n’est pas anodin que ce style musical, si populaire, soit devenu un art de la répétition. Nos ancêtres les troubadours savaient très bien que c’était en répétant des éléments de leurs chansons que le peuple mémorisait les histoires qu’ils chantaient et, cette façon d’écrire, a perduré avec le temps.

Dans les chansons, la répétition n’est pas seulement donnée par le texte, la musique y joue également un rôle très important. En effet, habituellement on utilise une même mélodie pour tous les couplets et une autre pour tous les refrains (avec des variations possibles). Les interludes musicaux et les harmonies répétitives qui font aussi partie de la chanson et de sa musicalité contribuent à ancrer les chansons dans nos mémoires.

Les mots associés à la musique

Des études indiquent qu’associer des mots à une mélodie facilite l’apprentissage d’une langue. Le scientifique Daniele Schon a d’ailleurs fait différentes recherches à ce propos et semble avoir prouvé que les étudiants d’une langue trouvent plus facile d’apprendre de nouveaux mots quand ils sont chantés que lorsqu’ils sont prononcés normalement.

L’écoute de la musique implique en effet la même région du cerveau que celle utilisée pour apprendre de nouvelles langues. Il semblerait que quand on entend une mélodie, il est plus facile de se rappeler des paroles qui l’accompagnent que si nous essayons de mémoriser ce texte sans rythme ni intonation. La musique associée à un texte aiderait aussi à comprendre la segmentation des mots, une question très importante au moment d’aborder une nouvelle langue.

L’émotion, la clé de l’apprentissage

Selon les théories actuelles en neurosciences, il semble de plus en plus clair qu’il ne peut y avoir d’apprentissage réel s’il n’y a pas d’émotion qui l’accompagne. Par conséquent, on ne peut vraiment apprendre que ce qui nous interpelle plus directement, ce qui attire notre attention et génère des émotions en nous, ce qui est différent et qui se démarque de la monotonie.

En ce qui nous concerne, la chanson a beaucoup de ces ‘ingrédients’ émotionnels, car mis à part les émotions intrinsèques que peuvent contenir les paroles ou la mélodie, chaque chanson est inconsciemment associée à l’émotion du moment où elle a été apprise ou partagée et aux personnes avec qui on l’a apprise ou partagée.

Pensez un moment à votre grand-mère. Est-ce qu’il vous vient une chanson à l’esprit ? Pensez maintenant aux colonies de vacances quand vous étiez petit. Y en a-t-il une autre qui vous vient ? Dans la plupart des cas, les chansons que nous avons apprises ont été liées à d’autres personnes et, la plupart du temps, à des moments agréables. Chanter avec les autres est une habitude qui, malheureusement, est en train de diminuer, ce qui est dommage, car il s’agit d’une action qui peut être émotionnellement très puissante.

Sans émotion, il n’y a pas de curiosité, pas d’attention, pas d’apprentissage et pas de mémoire. Par conséquent, avec les chansons, où la dimension émotionnelle est si présente, l’apprentissage devient beaucoup plus facile.

Comment aborder les chansons dans l’apprentissage du FLE

Pour commencer, je voudrais dire que la chanson est un art populaire et vivant. Ce genre musical a toujours été présent dans toutes les sociétés et a souvent été – parfois de manière inconsciente – un outil d’apprentissage ou au service d’actions concrètes de la vie quotidienne (les berceuses, les chants de travail, les chansons à compter, etc.). En tant qu’art populaire, il a été modifié au fur et à mesure que les circonstances le demandaient, afin d’être au service de ce qu’il était nécessaire de communiquer à chaque instant. Anciennement, par exemple, il était très commun d’utiliser une mélodie de chanson déjà connue et d’en changer les paroles en fonction de ce qu’on voulait expliquer. Alors, selon ce point de vue, on conclut qu’il s’agit d’un art ‘ouvert’ au service des personnes et avec de nombreuses possibilités d’adaptation en fonction des besoins de ceux qui veulent s’en servir.

Par conséquent, quand il s’agit d’utiliser ces pièces musico-littéraires pour apprendre une langue, je suis favorable à la possibilité d’en ‘jouer’ au maximum et de ne pas s’en tenir aux paroles et mélodies créées par l’auteur et sa façon de les interpréter. Si l’objectif est de la mettre au service de l’apprentissage de la langue et non pas de devenir auteurs, compositeurs ou interprètes, la chanson doit pouvoir être ‘mise à l’envers’, s’il le faut, afin de pouvoir bénéficier de tout le potentiel qu’elle a en tant qu’outil pédagogique. Alors, on peut jouer à la chanter de différentes manières, à changer les paroles, à la dramatiser, à en chanter uniquement certaines phrases ou couplets, à simplement l’écouter et identifier certains mots, etc.

Avoir comme objectif de comprendre et apprendre une chanson entière au premier abord, comme l’on faisait anciennement pour apprendre des poésies, peut sembler plutôt fastidieux pour les élèves, ce qui est dommage s’agissant d’une pièce artistique pleine de possibilités ludiques. Je suis de l’avis que l’apprentissage des chansons doit toujours être en contact avec le plaisir d’écouter ou de chanter. Peu importe si les chansons ne sont pas comprises et chantées complètement dans un premier temps, si l’on fait confiance à tous les éléments évoqués dans cet article, par répétition et imprégnation, le reste sera assimilé tôt ou tard.

Ce que je propose est de veiller à ce que l’apprentissage soit simple et amusant, afin de faire en sorte que les élèves restent dans un état émotionnel positif à tout moment et que, par le biais du plaisir de chanter, du jeu et de la répétition, ils finissent par intégrer.

Nous pouvons, bien sûr, nous arrêter pour analyser le texte plus en détail afin d’aider à sa compréhension, mais si nous voulons que les étudiants l’intègrent et le mémorisent, j’estime qu’il serait dommage de le forcer en faisant un travail de mémorisation ‘à l’ancienne’, qui les ferait déconnecter du facteur plaisir.

Pour finir, comme le dit Stéphane Hirschi dans son livre, « la chanson est l’art de fixer l’air du temps ». En plus d’être un texte, une musique ou un phénomène scénique, la chanson est aussi un indicateur sociologique et historique. Alors, tout en l’utilisant pour apprendre la langue, nous pouvons également découvrir le contexte historique et socio-culturel existant au moment de sa composition ; et il peut donc être intéressant, au regard de ces œuvres artistiques de mettre l’accent sur les données culturelles qu’elles contiennent et véhiculent.


Anna Roig vous propose une idée d’activité pour votre classe de FLE autour de la chanson Comme d’habitude. Cliquez ci-dessous pour la télécharger !

Télécharger l’activité