Faites-vos jeux !


Amandine Quétel vous parle des jeux qu’il est possible de mettre en place en cours de FLE !

En 2024, jouer en classe de FLE n’est plus considéré comme une innovation pédagogique, les élèves en ont pris l’habitude et nous les enseignants savons que le jeu a de nombreux avantages pour l’apprentissage des langues. De fait, il aide à dynamiser les séances de cours et donc contribue à motiver les élèves, il favorise la cohésion du groupe et consolide la mémoire, enfin il permet de systématiser les points de langue efficacement et de manière ludique. Par ailleurs, être dans une situation de jeu offre l’opportunité pour les élèves d’utiliser la langue dans un contexte authentique, avec de vraies interactions, spontanées. 

Cependant, les enseignants qui ont déjà lancé des jeux en classe, savent ô combien il est important d’avoir en tête les défis qui y sont associés, tels que la gestion du temps, l’agitation des élèves, et le potentiel bruit engendré par l’enthousiasme des participants.

Dans cet article, nous allons donc revenir sur les meilleures pratiques pour les enseignants qui souhaitent intégrer le jeu dans leur enseignement du français. Puis, nous proposerons des idées concrètes de jeux adaptés aux cours de langues, en mettant en lumière des exemples spécifiques.

Quelques conseils 

Jouer en classe ne doit pas n’être qu’une pause divertissante, mais bien une stratégie pédagogique judicieuse et réfléchie. Les élèves peuvent apprendre tout en s’amusant, mais cela requiert une planification minutieuse de la part des enseignants. 

Voici quelques conseils qui pourront sans doute nous servir : 

Il est essentiel, par exemple, de bien choisir le jeu que l’on va utiliser, en fonction des objectifs pédagogiques spécifiques, qu’il s’agisse de renforcer le vocabulaire, la grammaire, la communication orale, ou d’autres aspects de la langue française ou de la culture francophone.

Un second point de vigilance très important est de se préparer à l’animation du jeu. En effet, le contexte de la classe n’est pas un contexte idéal pour faire naître une ambiance ludique, aussi l’enseignant a un rôle décisif pour réussir à animer le jeu de manière à équilibrer plaisir et efficacité. Il s’agit pour nous de réussir à trouver le juste milieu pour éviter les débordements tout en maintenant un environnement propice à l’apprentissage et à l’amusement. 

Expliquer clairement les règles est tout aussi important, car cela permet de parer à la triche et donc à maintenir la motivation des élèves et la bonne ambiance du groupe. Pour cela, il convient pour l’enseignant de bien réfléchir aux mots qu’il utilisera pour son explication, et proposer un tour « pour du beurre » (de test) permet de donner un exemple sans que l’enjeu ne soit trop important pour les joueurs.

Préparer minutieusement le matériel en amont de la séance pour s’assurer d’avoir tout le matériel nécessaire (plateau, cartes, dés, pions…) et anticiper les éventuels problèmes logistiques tout en veillant à disposer de suffisamment de matériel pour que chaque élève puisse participer confortablement.

En ce qui concerne la préparation de l’espace, il convient de s’assurer que la salle de classe est disposée de manière à favoriser l’engagement et la participation active. Quand c’est possible, créer des zones spécifiques pour chaque groupe de jeu permet de minimiser les distractions et le niveau sonore. 

Nos élèves aiment jouer, mais ils aiment aussi gagner, ce qui peut conduire certains à tricher pendant le jeu lorsqu’ils réalisent qu’ils ne vont pas vers la victoire. Pour nous enseignants, la gestion de la triche est un défi, surtout lorsque l’atmosphère devient compétitive et moins conviviale entre les élèves. Pour atténuer cela, on n’hésitera pas à expliquer très clairement les conséquences de la triche et à mettre en place des règles strictes. Encourageons cependant un esprit de fair-play en soulignant que le véritable objectif est l’apprentissage, pas nécessairement la victoire.

Et puisqu’ils aiment gagner, ils aiment souvent gagner quelque chose ! On peut donc de temps en temps proposer des récompenses aux équipes ou aux élèves individuellement. Des récompenses simples, telles que des autocollants, des certificats ou des privilèges en classe, peuvent stimuler la motivation des élèves et renforcer positivement leur participation.

 

Des idées de jeux

Découvrons maintenant quelques idées concrètes de jeux qui pourront nous servir à différentes occasions. Il est important de souligner que l’adaptation des jeux en fonction du niveau linguistique des élèves est cruciale. Par exemple, un jeu de mémoire peut être modifié pour inclure des termes spécifiques que les élèves sont en train d’apprendre.

Dobble : Ce jeu de cartes basé sur l’observation et la rapidité offre une excellente opportunité de réviser et mémoriser le lexique de manière ludique. Les enseignants peuvent adapter Dobble en sélectionnant ou en créant des cartes avec des images liées aux thèmes linguistiques abordés en classe. Par exemple, pour renforcer le vocabulaire des animaux, des professions, des sports, des saisons…

Ressources externes : Adélaïde Tilly, autrice de la collection Cap Sur…, propose des jeux de Dobble pour travailler le lexique des saisons avec les élèves : l’automne https://laptiteecoledufle.com/fle-lexique-automne et l’été https://laptiteecoledufle.com/lexique-ete-fle 

Dixit : Un jeu de créativité et d’expression, Dixit peut être utilisé pour développer la description et l’imagination en français. Les enseignants peuvent intégrer Dixit en demandant aux élèves de décrire les images de manière détaillée, en utilisant des structures linguistiques spécifiques, ou bien d’inventer une histoire à partir de plusieurs cartes. Cela favorise l’expression orale et encourage l’imagination linguistique.

Story Cubes : Ce sont des cubes à faces multiples, chaque face illustrant une image différente, ils sont parfaits pour travailler la narration. Les enseignants peuvent intégrer Story Cubes en demandant aux élèves de créer des histoires, lire dans l’avenir, imaginer une anecdote ou une biographie.

 

On peut également adapter à nos objectifs pédagogiques, des jeux classiques connus de tout le monde. Ces classiques varient d’une culture à l’autre, en voici quelques-uns très connus en France : 

Le jeu de Memory : traditionnel, il peut être adapté en utilisant des paires de cartes avec des mots en français et leur traduction dans la langue maternelle des élèves, ou bien une image, ou une phrase à trou. Cela encourage l’association de mots avec leurs équivalents dans différentes langues, renforçant ainsi le vocabulaire de manière interactive.

Les 7 familles : en adaptant ce jeu de cartes, les enseignants peuvent créer des familles basées sur des catégories lexicales telles que les métiers, les activités quotidiennes ou les saisons. Les élèves doivent collecter toutes les cartes d’une famille en posant des questions en français, favorisant ainsi la pratique de la communication orale.

La Bataille navale : ce jeu stratégique peut être transformé en une activité de conjugaison. Les enseignants peuvent attribuer des verbes à chaque colonne du plateau de jeu et des personnes pour les lignes ; les élèves devront conjuguer correctement le verbe avant de “toucher” une case adverse. Un jeu que l’on pourra réutiliser pour tous les temps et les modes.

Le Jeu de l’oie : il peut être adapté pour inclure des questions ou des défis linguistiques sur chaque case. Par exemple, atterrir sur une case pourrait signifier répondre à une question en français ou utiliser un mot spécifique dans une phrase. Cela crée une progression ludique à travers le jeu tout en encourageant la pratique linguistique.

 

Jouer avec les méthodes des Éditions Maison des Langues

Aux Éditions Maison des Langues on souhaite que les enseignants et les élèves s’amusent en classe et prennent du plaisir dans leur apprentissage. C’est pourquoi on retrouve des propositions de jeux dans toutes nos collections.

 

Avec les adolescents

Dans Les Globe-Trotteurs, la collection pour les ados de 10 à 15 ans, au fur et à mesure des unités et des leçons, élèves et enseignants découvriront des petits jeux, facilement reconnaissables avec ce symbole :

Par exemple : on propose aux élèves de se faire deviner des objets pour travailler le lexique de la leçon et la description : Les Globe-trotteurs 3, Activité D page 16.

Les élèves deviennent concepteur de jeu de société le temps d’un projet de classe et vont créer un jeu pour s’entraîner à exprimer la fréquence : Les Globe-trotteurs 1, Mini projet 2 p 99.

Et pourquoi pas laisser l’espace aux élèves d’inventer, puis d’animer eux même un quizz pour parler des villes : Les Globe-trotteurs 3, Mini projet page 99

Si vous ne disposez pas du manuel, vous pouvez demander un code de démonstration en cliquant ICI.

Avec les enfants

Dans la collection Cap Sur…, où l’on s’adresse à des enfants entre 6 et 10 ans, on retrouve la même dynamique et on essaye de les faire jouer autant que possible.

On pourra ainsi jouer pour travailler le lexique avec par exemple le mime des sensations : Cap sur… 1, page 56.

Ou bien jouer pour répéter, systématiser et mémoriser des structures grammaticales avec le jeu des questions :  Cap sur… 2, page 17

Ou encore jouer pour communiquer avec le jeu des cartes postales :  Cap sur… 1, page 67

Et les enfants peuvent-ils s’amuser à concevoir eux-aussi leur propre jeu ? La réponse est oui : par exemple ici, les enfants vont créer leur propre jeu de l’oie avec des post-it :  Cap sur… 2, Mission bricolo page 24

Si vous ne disposez pas du manuel, vous pouvez demander un code de démonstration en cliquant ICI.

Conclusion

On l’a bien compris, dans la classe de FLE le jeu n’est plus une activité « bouche-trou », mais bien un pilier de notre approche pédagogique. Notre rôle de maître du jeu, n’est pas le plus simple car le parcours est semé d’embûches. Mais entendre les rires, les discussions spontanées de nos élèves, et voir leurs yeux pétiller lorsqu’ils se prennent aux jeux, fait alors que la partie est gagnée pour nous ! Alors transformons nos classes en terrain de jeu pour l’apprentissage de la langue française, car tout est aussi question d’habitude : plus on joue, plus on sait jouer !

Newsletter pour les professeurs de FLE

Abonnez-vous